Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Cochon Curieux : arts, humour, badineries, enfantillages et curiosités à propos du Cochon

LCC, Le Cochon Curieux : partageons le bout de gras sur le thème du cochon et du porc (surtout si c'est du porc fermier), avec curiosité, passion et bonne humeur !

Le Cochon de Gaza : quand savoir rire de ses travers est une marque de grandeur

Publié le 17 Novembre 2015 par Alain CABANNES in Voir - regarder, Jouer - rire - créer

Après ces moments tragiques des attentats de Paris où la vie et la convivialité de notre société française ont été visés, le rire m'apparaît comme l'une de nos (modestes) réponses personnelles à l'obscurantisme islamiste, comme hier après Charlie ou peut être encore demain.

Le Cochon Curieux vous propose donc de voir ou de revoir ce film : LE COCHON DE GAZA.

Pourquoi ce film, hormis le fait qu'il y est question de cochon ?

Tout simplement parce qu'il est pour moi l'illustration même d'une démarche fraternelle qui parvient à dépasser les préjugés, les turpitudes et les fanatismes du monde qui l'entoure.

C'est l'un des messages de ce film de Sylvain Estibal tourné en 2005 et sorti en 2011. Les péripéties de ses héros palestiniens et israéliens autour d'un cochon survenu par hasard, nous font comprendre jusqu'où peut mener la bêtise humaine, mais aussi jusqu'où peut nous grandir la compréhension des autres. Je considère en effet qu'une société humaine, tout comme une personne, est honorable quand elle sait respecter autrui* sans renier ses convictions et quand elle sait rire d'elle même et tourner en dérision ses travers**.

Le Cochon de Gaza : affiche du film

Le Cochon de Gaza : affiche du film

Synopsis du film : Le Cochon de Gaza (When pigs have wings)

Après une tempête, Jafaar, un pêcheur palestinien de Gaza, remonte par hasard dans ses filets un cochon tombé d’un cargo. Bien décidé a se débarrasser de cet animal impur, il décide toutefois d’essayer de le vendre afin d’améliorer son existence misérable. Le pauvre Jafaar se lance alors dans un commerce rocambolesque et bien peu recommandable…
Dans cette tragi-comédie, l’ensemble du petit peuple de Gaza, coincé entre sa misère absolue au quotidien, les contraintes des militaires Israéliens et le diktat des barbus aux commandes, est représenté par ce pauvre pêcheur dont l’unique souci est de survivre au jour le jour et qui, pour cela, est prêt a tout. Jafaar, dans une permanente dérision de lui-même, même dans les moments tragiques, évolue dans cette histoire a l’humour mordant… et nous laissera espérer que si l’on peut s’entendre, malgré toutes les différences, à l’échelle individuelle, on peut s’entendre in fine, à l’échelle collective.

Le Cochon de Gaza : bande annonce VF sur Youtube

Voir aussi Le Cochon de Gaza en :

La page facebook dédiée au film Le Cochon de Gaza : https://www.facebook.com/Le-Cochon-de-Gaza-2011-210168242346708/

 

A écouter également : la bande originale du film "Lamentation Walloo" réalisée par les Boogie Balagan , duo Palestisraélien qui "par leurs mélodies inouïes, délivrent un véritable message de paix multiculturaliste" (magazine Mondomix.com, 20/09/2011).

Le clip de Lamentation Walloo sur la page Myspace des Boogie Balagan

LE COCHON DE GAZA a reçu le César du meilleur premier film en 2012.

Précisons aussi que Jafaar, le Palestinien, est incarné par un acteur israélien d'origine irakienne (Sasson Gabbai), alors que le rôle de la jeune femme israélienne, Yelena, est tenu par une Tunisienne, Myriam Tekaïa. Cette distribution nous rappelle aussi que c'est depuis ce courageux petit pays de Tunisie qu'est parti le Printemps Arabe, qu'il est également victime d'attentats visant à le déstabiliser (musée du Bardo et plage de Sousse en 2015), mais qu'il a su conforter sa démocratie avec le Dialogue National Tunisien, récompensé par le Prix Nobel de la Paix 2015.

A votre streaming, et bonne séance !

 

Tragi-comiquement vôtre !

 

* cet autrui n'est pas un truisme, comme nous l'ont montré ces évènements

** ses travers de porc, bien entendu (il fallait que je la fasse ;-).

Commenter cet article